Les chroniques de Monsieur K #1: La procrastination

La procrastination, ou comment tenter d’éviter l’inévitable.

Mesdames et Messieurs, à la toute fin de cet article, je vous révèlerais cette chose «inévitable que le procrastineur tente d’éviter» et vous donnerais à voir un petit film d’animation tout à fait savoureux. En attendant, je viens à vous, cœur battant et rouge au front de honte, faire ce coming-out que je reportais chaque jour à demain, depuis tant d’années.

(Sachez qu’au point ou nous en sommes, j’ai déjà chécké mes mails une bonne dizaine de fois, puis j’ai mis de l’eau à bouillir pour le café, chécké les réseaux sociaux, rechécké les mails et remis de l’eau à bouillir, car elle s’était évaporée pendant que je chéckais. Bref l’écriture des 287 caractères espace compris de l’introduction de ce post m’aura déjà pris une bonnes heure.)

Du plus loin qu’il m’en souvienne, je procrastine. déjà, À l’heure de ma première heure, je reportais chaque jour, le jour ma naissance au lendemain. Et s’il n’y avait pas eu la paire de forceps maniés énergiquement par un accoucheur pressé de me fiche enfin dehors, met avis que j’y serais encore.

Pendant près de 50 ans, c’est allé de mal en pis jusqu’à il y a un mois, lorsque je décidais d’écrire cet article sur la procrastination afin de soulager ma conscience. Pendant quatre longues semaines j’ai chécké des mails, mis de l’eau à bouillir, chécké les réseaux sociaux, rechécké les mails et remis de l’eau à bouillir, car elle s’évaporait toujours pendant que je chéckais.

 

Checké ses mails-blog de frédéric Kessler auteur jeunesse

Quand soudain, hier matin et contre toute attente, je me suis installé devant l’ordinateur. Ne vous réjouissez pas trop vite, car au lieu d’ouvrir Word pour écrire l’article, j’ai activé Photoshop ainsi que la palette graphique et j’ai passé ma journée à faire le dessin ci-dessous. Ce dessin comporte beaucoup trop de traits pour être honnête. Un simple cerné aurait fait l’affaire et un unique poil m’aurait fait gagner un temps précieux. En lieu et place : cette tresse approximative et fastidieuse est un acte de procrastination avéré, qui m’aura obligé de reporter encore à demain la rédaction de l’article.

Cependant, n‘allé pas croire que cette image vous autorise à associer procrastination et fainéantise. En revanche veuillez noter que le personnage a pris soin de coiffer ses poils de la main avec application, puis qu’il s’est rendu au marché Saint-Pierre rien que pour vous choisir un joli ruban. Quant à moi je vous le redis j’y est passé toute une journée. (En chéckant et en remettant de l’eau à bouillir cela va sans dire.)

Procrastination-blog de frédéric kessler auteur illustrateur jeunesse

Tenez au point ou nous en sommes, sachez que je m’accroche au clavier pour ne pas faire quelque chose d’autre, peux importe quoi pourvus que cela me tienne éloigné de la « conclusion » de cet article.

S’il nous apparait que le procrastineur peine à entreprendre quoi que ce soit, c’est surtout qu’il répugne à « conclure » les choses.

Et nous voilà bien au creux du problème: «la conclusion», la fin, the end. C’est à cette pierre angulaire de la condition humaine que certains procrastineurs ne veulent pas se confronter. La procrastination serait donc une stratégie (parmi d’autre) pour éviter l’inévitable. Un projet attendrissant, mais vain pour échapper à la mort.

En vous souhaitant mille et une choses idoines et adéquates,

Frédéric Kessler
PS: Que ceux qui procrastinent un peu ? Beaucoup ? À la folie ? Lèvent la main et viennent en causer. Ainsi que ceux qui ne procrastinent pas d’ailleurs ;)

« Procrastination », un délicieux petit film d’animation de Johnny Kelly. dégustez-le sans en perdre une miette ! (pour ma part, je ne parle pas un mot d’anglais, mais je me suis laissé bercer par la voix du narrateur anglophone (Bryan Quinn), et j’ai tout compris.)

A lire aussi:

6 thoughts on “Les chroniques de Monsieur K #1: La procrastination

  1. Salut salut,

    La procrastination ça me parle et ça me bouffe. Intéressante la piste que tu abordes, ainsi que le film d’animation.
    Ton dessin est une preuve que la procrastination a aussi du bon. On met en oeuvre des trésors de créativité pour éviter ce que l’on doit faire… et il peut en ressortir des choses qu’on ne s’est pas contenté de faire.
    Pour ma part, je pense que la procrastination me permet d’avoir l’illusion d’éviter un échec : plutôt que de faire quelque chose dont le résultat me satisfera pas ou peu, je préfère éviter de le faire, afin de ne pas échouer. Et pourtant, j’ai conscience que tant que je ne ferai pas ces choses-là, je n’ai aucune idée réelle du résultat. Ce n’est que mon imaginaire qui me dicte.
    Et j’ai également conscience que ne rien faire est un échec en soi (pour moi en tous cas). Donc je finis par faire ces choses lorsque l’échec de ne rien faire me coûte plus que l’échec de faire quelque chose qui ne me comble pas complètement.

  2. Excellent, cet article!
    Pour ma part, je suis une procrastineuse trieuse. Je fais au plus vite ce qui m’angoisse mais reporte au plus tard ce qui m’ennuie. Probablement une énième manière de combattre le stress…

  3. Excellent article, beaucoup de vérités. J’ai beaucoup à dire là-dessus, me considérant comme une professionnelle aussi :-)
    Bon, alors je vais établir une liste de toutes les choses que je souhaite commenter, mais d’abord, je vais aller me faire une tasse de thé…

  4. frederic kessler says:

    - Miss Hyde, je plussoie, la procrastination est une contrainte et comme toute contrainte elle peut nous obliger à être créatifs.

    – Nicole, à vous lire je découvre la «procrastineuse trieuse» qui tri range et ordonne. Quelle merveille, votre concept me fait rêver moi qui suis le procrastineur le plus bordélique que la terre est portée.

    – Madame crevette, «demain, c’est la terre promise, demain c’est là le paradis» ci-joint l’hymne des procrastineurs professionnels : https://www.youtube.com/watch?v=LTp6zPNSF-g

    – Madame stiletto, selon mes calcule à l’heure qu’il est vous devez en être à 60 litres de thé ;)

  5. Mme Dugenou says:

    Ne rougissez pas, cher Frédéric, d’avoir eu à faire votre coming-out.
    Quand vous réaliserez à quelle extrémité m’a poussée ma passion pour la procrastination, vous vous sentirez moins seul:
    J’ai fait une boule de neige avec moi même à l’intérieur, en haut d’une côte (jusqu’en bas de la côte) en m’arrangeant pour que mon genou en X marque un angle encore plus improbable avec la réalité.
    Bilan, vous le savez bien, j’ai pu repousser pas mal de choses:
    les retrouvailles avec ma classe, mon inspection, et toutes mes bonnes résolutions du nouvel an:
    1)commencer un sport (aaaaaah, le sport et moi. J’ai quand même essayé pas mal de choses (dans l’ordre): tennis, ski, judo, danse rythmique, ski, danse grecque, plongée, aïkido, ski, footing, aquagym, dos crawlé, ski, patatras)
    2)ranger ma maison de fond en comble

    Haha, sur une jambe! Plus moyen tout ça! la belle excuse, je l’avais!
    Je crois que je me suis inventé une méthode, certes un peu radicale, et allez, que je ne réemploierai peut être plus, pour procrastiner un petit 6mois dans ma vie, sans trop culpabiliser. Hihi, ça fait du bien!

    Mes hommages,

    Madame Dugenou

Répondre à Mme Dugenou Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>